Histoire

Tir aux armes de jet préhistoriques

Championnat européen de tir aux armes de jet préhistoriques

Créé a la fin des années 80 par quelques préhistoriens travaillant sur les propulseurs et désireux de mieux comprendre leur fonctionnement et leurs performances, ce championnat regroupe aujourd’hui plus de huit cents participants, archéologues, conservateurs et amateurs passionnés, qui se rencontrent chaque année autour d’une vingtaine d’épreuves sportives réparties à travers l’Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie et Suisse).

Un règlement définit les objectifs et le déroulement des manches).

Le règlement impose à chaque concurrent de disposer de son propre équipement de tir qui doit être « archéologiquement compatible » avec les matériaux préhistoriques.

La forme et les dimensions du matériel sont libres et laissées à l’appréciation de chaque participant. Les métaux, les plastiques, les matériaux synthétiques et leurs dérivés sont formellement proscrits. De plus, les techniques de fabrication mises en oeuvre doivent être compatibles avec le potentiel technologique de la préhistoire (ceci n’exclut pas l’utilisation de machines modernes pour la fabrication du matériel, à condition qu’un résultat semblable puisse être obtenu par des techniques préhistoriques).

Ces rencontres peuvent s’accompagner d’animations et démonstrations autour du thème de la préhistoire : taille du silex, allumage du feu, exposition d’arc et propulseur, etc….

Chaque année, plus d’une vingtaine de manches sont organisées à travers l’Allemagne, la Suisse, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la France et le Danemark. Elles se déroulent en un week-end en commençant par l’épreuve de tir à l’arc le samedi après-midi, puis du tir au propulseur (levier en bois muni d’un crochet qui permet de projeter une longue flèche appelée sagaie) le dimanche matin.

photo 3

Tout le monde, sans distinction d’âge, de sexe ou de nationalité est admis à participer, mais on doit absolument être équipé d’un matériel proche des exemplaires préhistoriques ou ethnographiques connus. Les compétiteurs suivent un parcours en Milieu naturel et tirent sur trente cibles de taille variable éloignées de 8 à 26 mètres. Elles arborent des silhouettes d’espèces animales présentes durant le Paléolithique supérieur et le Mésolithique, mais cette figuration n’est que décorative et le comptage des points se fait au moyen de cercles concentriques donnant de 1 à 5 points. Pour être classé en fin d’année, un compétiteur doit participer à un minimum de trois manches.

photo 4

Chaque compétition est avant tout un rassemblement de personnes d’horizons très différents attirés par une passion commune et par la grande convivialité qui donne à ces rencontres un charme si particulier. Le championnat est autant une épreuve sportive que l’occasion de se retrouver pour comparer le matériel, partager des tours de mains ou troquer des matériaux (tendons, peaux, bois…), du matériel, des publications archéologiques ou de simples conseils.

Cette communauté de tireurs préhistoriques ne cesse de s’accroitre, car depuis 2005, dans un but d’ouverture envers les archers d’autres disciplines, une catégorie « hors concours » a été créée pour les archers dont le matériel ne correspond pas aux critères définis par le règlement, sans que leur score ne soit pris en compte dans le classement général. 

photo 5

Il n’est pas rare de les retrouver ensuite sur d’autres manches, équipés cette fois-ci d’arcs, de propulseurs et de sagaies qu’ils auront fabriqués grâce, entre autres, au forum de discussion Webarcherie.com sur lequel se retrouvent de nombreux compétiteurs.

Lieux de rencontre et de convivialité, ces manifestations séduisent le public visitant le site et sont couvertes par la presse locale et parfois spécialisée, il n’est pas rare de voir un groupe de tireur accompagnés de promeneurs curieux ou d’un journaliste photographe prêt a tout pour avoir un bon angle de vue.

photo 6

 

Qui est en ligne ?

Nous avons 656 invités et aucun membre en ligne